The Labyrinth: Ma raison d’être